L’illusion de l’audience digitale des médias


Tribune dans Statégies

Malgré le niveau parfois très élevé de leurs audiences, les médias peinent souvent à monétiser leurs visiteurs occasionnels par la publicité ou par la conversion des lecteurs en abonnés. Reste à explorer de nouvelles voies, comme l’adverpayment.

Et si les médias en ligne, avec le sérieux et l’exigence qui les caractérisent, étaient l’avenir du digital? C’est en tout cas ce qui a motivé le rachat par Apple de Texture, le «Netflix de la presse». Cette application, lancée en 2010 aux Etats-Unis, est une sorte de kiosque en ligne. Pour 9,99 dollars par mois, il permet d’avoir un accès illimité à plus de 200 magazines de presse, dont Forbes, GQ, National Geographic ou Vanity Fair. Ce service comptabiliserait déjà plus de 70 000 lecteurs actifs par jour. Apple précise dans son communiqué à quel point elle souhaite « s’engager pour un journalisme de qualité et provenant de sources fiables », indispensable pour fidéliser les lecteurs. Cette annonce survient dans un contexte où l’image de Facebook a été largement écornée par la polémique sur les fake news. Ce modèle préfigure-t-il l’avenir de la presse en ligne ?

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, cliquez sur l’option de votre choix.